jeudi 10 décembre 2015

Le personnel de France 3 Côte d'Azur choqué après la publication d'un article de VSD dénigrant leur antenne au lendemain des inondations. 
Les syndicats adressent au journal une demande de rectification et demandent à la direction des explications sur les propos du rédacteur en chef. Lire ici

mardi 1 décembre 2015

Le p'tit différé SUD du CE pôle sud-ouest de novembre  2015 est à lire ici

lundi 30 novembre 2015

"A Noël, pas de cadeaux !"
 Préavis de grève intersyndical pour la locale de Brest et le BRI de Rennes ici
Le p'tit différé du CE pôle nord-ouest d'octobre 2015 est à lire ici.

lundi 16 novembre 2015

MANIPULATION à AJACCIO

NON L'INCIDENT N'EST PAS CLOS !

Le syndicat SUD apporte son total soutien au communiqué CDFT-SNJ de France 3 Corse Via Stella et se réjouit de voir enfin un encadrement solidaire pour le "meilleur et pour le pire".
Il ne devrait donc pas poser problème à cet encadrement de rétablir "solidairement" Florence Antomarchi dans son intégrité professionnelle.
Dans le cas contraire et si rien ne devait être fait dans le sens de l'apaisement, alors l'encadrement porterait seul et "solidairement" l’échec du règlement de cette question !

 

 

jeudi 12 novembre 2015

MOTION des élu-e-s du personnel de France 3 Midi-Pyrénées suite au licenciement pour faute grave de Pierre Nicolas.
Lire ici

mercredi 11 novembre 2015

MANIPULATION à AJACCIO

L'éthique professionnelle d'une journaliste de la rédaction d'Ajaccio insidieusement et injustement mise en cause. Les ressources humaines pour le  moment aux abonnés absents !
En savoir plus, lire ici

lundi 9 novembre 2015

LICENCIEMENT DE PIERRE NICOLAS

Elle a connu "la mode des suicides" à France Télécom*.
Sous l'ère Ernotte, faut-il s'attendre à voir s'étendre à France Télévisions la mode des sanctions disciplinaires et des licenciements?
Après Philippe Verdier, présentateur météo, voici le tour de Pierre Nicolas, journaliste présentateur à Toulouse, licencié le jour des obsèques de sa maman. La grande classe de notre filière RH !
Lire ICI

*Propos du PDG de France Télécom en 2009.


vendredi 6 novembre 2015

COMITES SALAIRES !

Co-miteux salaires !
Et cette année c'est pour qui ?!
A lire ici

dimanche 1 novembre 2015

Billet d'humeur du pôle Sud Est



Double page pour ce numéro 5 qui s'est fait attendre ! A lire ici 
avec son supplément Sortie Ciné

jeudi 8 octobre 2015

FICHAGE ILLEGAL A FRANCE TELE - JUSTICE POUR LES SALARIES

Les syndicats SUD, SNJ, CFDT et CGC engagent une procédure aux prudhommes en substitution pour que les salariéEs de France Télévisions puissent récupérer leur fiche individuelle secrète élaborée en toute illégalité par les services RH de l'entreprise
(notre communication du 02/09 : http://syndicatsudftv.blogspot.fr/2015/09/blog-post_2.html).

Mais ceux qui ont mis ce système en place sont toujours là ! Où est la morale ? Quand Delphine Ernotte prendra-t-elle enfin la mesure des dysfonctionnements de la filière RH à France Télé ?
Explications et mandat à signer

mercredi 7 octobre 2015

ELECTION CE FRANCE 3 POLE SUD-OUEST

PROFESSION DE FOI des candidats SUD MEDIAS 

SOLIDARITE AVEC LES SALARIES DE FRANCE 3 ANTIBES

Message intersyndical SUD, SNJ, CFDT et CGC après les violentes intempéries du samedi 3 octobre 2015 sur la région d'Antibes.
Lire ici

Poussé vers la sortie après avoir incarné la télévision régionale de Midi Pyrénées durant 32 ans

Représentants les salariés de France3 Midi Pyrénées, nous avons choisi de reproduire la lettre que Pierre Nicolas, journaliste à Toulouse depuis 34 ans a adressé à certains d'entre nous, nous la laissant libre de diffusion.
Pierrot est parti, il a quitté l’entreprise vendredi 25 septembre au soir. Vous ne le reverrez plus dans nos murs. Lui qui a incarné durant des années la télévision régionale, lui qui le 21 septembre 2001 fut l'un des premiers journalistes sur le site d'AZF, et à ce titre, lauréat du 1er prix de journalisme d’Angers en 2002, quitte à contre cœur  l'entreprise par la toute petite porte.
Sa lettre est l’expression d’un homme usé, ayant attendu en vain le règlement d’une situation ubuesque qui lui est finalement devenue insupportable, après 34 ans d’exercice professionnel.
Ce qui arrive à Pierrot pourrait demain nous arriver à tous. Cela pose la question de la gestion des fins de carrières à France Télévisions, celles des salarié-e-s que la direction nomme les « seniors ».  

La lettre de départ de notre collègue Pierre Nicolas : lire ici

lundi 5 octobre 2015

CE pôle nord ouest septembre 2015

Le p'tit différé du CE pôle nord-ouest de septembre 2015 est à lire ici

Et à lire ici les avis du CE sur les contrats d'apprentissage, le plan de formation et les véhicules de reportage connectés.

jeudi 1 octobre 2015

CE pôle sud ouest septembre 2015

Le p'tit différé du CE pôle sud-ouest de septembre 2015 est à lire ici

Vous trouverez aussi le préalable intersyndical (SUD, SNJ, CFDT) lu en début de séance en cliquant ici

lundi 14 septembre 2015

LES "MOJO" DEBARQUENT !

Tu aimes ton portable?
Tu adores les selfies? 
Tu ne sais ni filmer, ni monter, mais tu es prêt à tout pour ramener l'info, partout, tout le temps?
Alors tu as le MOJO !

Un journaliste de Toulouse, secrétaire du CHSCT, menacé de sanction disciplinaire pour s'être opposé aux choix dangereux de sa direction :  lire ICI le tract intersyndical SUD SNJ CFDT CGT

mercredi 2 septembre 2015

Le fichage des salariés : rien de bien méchant d'après la Direction ?  Lire notre analyse ici

mardi 1 septembre 2015

CE de fin d'été ou de reprise, le p'tit différé du CE pôle sud-ouest d'août est à lire ici

lundi 31 août 2015

Élections CE/DP pôle sud-ouest : c'est parti ! En savoir plus, cliquez ICI

mercredi 15 juillet 2015

Pour lire le p'tit différé du CE pôle sud-ouest de juillet, cliquez ICI

jeudi 9 juillet 2015

TEMPS PARTIELS : Les nouveaux sacrifiés. 
Lire ici


samedi 4 juillet 2015

vendredi 3 juillet 2015

Poste de Quimper : priorité aux précaires ! Lire ici

mercredi 1 juillet 2015

Alerte pour la démocratie


Les élections professionnelles au siège de France Télévisions se sont tenues le 16 juin. Un scrutin important car le siège représente environ 40% des inscrits de toute l'entreprise. Les résultats dans cet établissement contribuent donc fortement à établir le rapport de force face à la direction pour les années à venir.

Ce 16 juin, 2218 personnes ont voté alors que 5007 personnes étaient inscrites. Avec 56% d'abstention, il va falloir retourner aux urnes le 6 juillet pour un deuxième tour (bilan électoral 1er tour élection CE du siège).

Ce désintérêt pour la représentation du personnel est inquiétant. C'est une claque pour le syndicalisme, pour la démocratie dans l'entreprise et un très mauvais signal envoyé à Delphine Ernotte, notre nouvelle présidente. Quelle légitimité auront les syndicats dont la représentativité a été obtenue sur une participation aussi faible ? Quel rapport de force pourront-ils engager avec un si faible soutien des salariés eux-mêmes ?

Cette abstention massive avait-t-elle pour objectif conscient de sanctionner des pratiques et des prises de position syndicales ou alors n'est-elle que le signe de l'individualisme qui gangrène nos sociétés ?

Si les syndicats ne peuvent pas s'exonérer d'une remise en question après ce revers de participation électorale, chaque salarié doit s'interroger sur sa responsabilité à laisser le champ libre aux chantres du libéralisme, dont Madame Ernotte est une excellente représentante. En témoigne le communiqué de presse du 24 avril de nos collègues de SUD France Télécom qui rappellent les faits d'arme de leur ex-patronne : " ...les personnels ont été les premiers contributeurs des économies....Delphine Ernotte a conduit avec constance une politique généreuse pour les actionnaires...elle s'est employée à multiplier les polyvalences et la mutualisation des activités pour augmenter la charge de travail de celles et ceux qui restent dans les services". Ils rappellent les 21 suicides chez Orange en 2014 et 6 en janvier 2015 (Communiqué de SUD France Télécom/Orange du 24 avril 2015 ). Nul doute qu'il faudra être forts et soudés dans les années à venir.

C'est pourquoi, même si SUD France Télévisions dénonce régulièrement les positions molles et consensuelles de certaines organisations syndicales nationales qui rêvent de cogestion et qui,  de renoncements en renoncements, de mensonges en mensonges, pour des stratégies de politiques internes nous mènent dans le mur, SUD lance un appel au sursaut démocratique, pour que la participation augmente au deuxième tour de l'élection du siège. Personne ne doit se satisfaire d'un affaiblissement des syndicats. Celui-ci mène irrémédiablement à l'augmentation des inégalités. Ce n'est pas SUD qui l'affirme, mais un rapport du très libéral FMI. Dans une tribune publiée en avril dernier dans le Monde Diplomatique, le journaliste Serge Halimi s'en fait l'écho (Article du Monde Diplomatique : "Eloge des syndicats") : "en réduisant l'influence des salariés sur les décisions des entreprises, l'affaiblissement des syndicats a permis d'augmenter la part des revenus constitués par les rémunérations de la haute direction et des actionnaires".

Salarié, dirigeant d'une organisation syndicale, chacun a sa part de responsabilité dans l'affaiblissement des syndicats. Ces derniers ne sont rien sans des salariés qui s'investissent activement pour la collectivité. En absence de syndicats forts,  les salariés sont broyés par les politiques libérales de rigueur.

Alors si comme SUD vous défendez une représentation syndicale forte et plurielle, si vous revendiquez un syndicalisme de lutte et de progrès social, alors

SYNDIQUEZ-VOUS

MILITEZ

VOTEZ

SUD n'est pas présent au siège de France Télévisions, comme dans d'autres établissements. C'est donc en toute citoyenneté, sans prosélytisme, que SUD lance cet appel, sans soutenir quiconque. Néanmoins, SUD rappelle qu'il est favorable au pluralisme syndical et n’adhère pas à la stratégie de certaines organisations syndicales dont le développement agressif vise à instaurer un syndicat unique et l’éradication des autres forces syndicales considérées comme ennemies.

Si vos valeurs sont faites de démocratie, de liberté, d'égalité, de solidarité et de justice sociale, si vous défendez le progrès social contre le fatalisme ambiant d'une régression inéluctable, salariés de France Télévisions, vous pouvez construire une alternative syndicale combative et résistante en constituant une section SUD.

SUD existe déjà : nous sommes présents dans tous les pôles de France 3.  Nous ne souhaitons pas être une organisation "hors sol" avec des syndicalistes professionnels et technocratiques. L'arrivée de nouveaux militants et d'adhérents actifs sera la condition indispensable à la poursuite de nos actions syndicales. Rejoignez-nous.


Version du tract téléchargeable

jeudi 25 juin 2015

Le p'tit différé SUD du pôle sud-ouest suite au CE de juin 2015.
Lire ici

mercredi 3 juin 2015

Le p'tit différé SUD du pôle sud-ouest suite au CE de mai 2015.
Lire ici

lundi 1 juin 2015

dimanche 24 mai 2015

Des comptes-rendus


Vous vous demandez ce que SUD fait pour vous au quotidien?
Inégalité de traitement des CDD, transposition salariale, droit de grève, etc.
Découvrez notre dernier rapport d'activité.
Lire ici

mercredi 6 mai 2015

Billet d'humeur SUD, suite au du CE extraordinaire Pôle sud ouest du 5 mai 2015 à Bordeaux.   
Lire ici
CASSE-TÊTE COMTOIS :  mais comment donc fabriquer le journal lorsque l'équation est impossible ? Lire ici

dimanche 3 mai 2015


CDD Intermittents toujours payés au rabais !  

SUD et CFDT vont saisir le Tribunal de grande instance. Lire ici

 * Annexe : détail des bonifications versées aux CDI et CDD selon les secteurs d'activité.

mercredi 29 avril 2015

Bazar au Bazacle et 1er mai à Toulouse

1er mai, journée internationale, fête des travailleurs

La coordination des intermittents et précaires de Midi-Pyrénées et SUD France Télévisions appellent à manifester.

La manifestation toulousaine partira à 10h de la place du Capitole pour finir à Arnaud Bernard en passant par Wilson et les boulevards. 

Après la manif, venez tous au Bazar au Bazacle : lieu alternatif de rencontres, d'échanges, de débats et de spectacles. 

Tout le programme des 4 jours au Bazacle : ici

Notamment à 15h30 le 1er mai, rencontre/débat sur le nouveau modèle d'indemnisation proposé par l'ensemble des coordinations des précaires avec : 
*Antonella Corsani (économiste, a participé à l'écriture du nouveau modèle)
*Caroline Sart (CIP Ile de France et SUD Culture)
*le CIA (collectif des intermittents de l'Aveyron)
*des syndicalistes de pôle emploi
*la CIP (coordination des intermittents et précaires) de Midi Pyrénées
*le MNCP : mouvement national des chômeurs et précaires

Le bazar au Bazacle débutera le jeudi 30 avril à 19h.

lundi 27 avril 2015

Les p'tits échos SUD du CE d'avril, lire ici.

jeudi 16 avril 2015

Droit de grève : lettres de la Direction




Certains d’entre vous ont reçu, ou vont recevoir, une lettre de mise en garde pour avoir cessé le travail « postérieurement à leur prise de service ».

C’était le19 mars, jour de grève pour… défendre le droit de grève.


Cette lettre type de mise en garde est une décision prise au niveau national que les bons petits soldats de l’encadrement relayent localement (*).

Bon prince, le seigneur de France Télévisions menace mais ne sanctionne pas, car le pôvre salarié aveuglé par les vilains syndicats s’est mis en grève le 19 mars alors que la « licéité » de la note de Rémy Pflimlin n’était pas encore tranchée lui explique la direction. Le seigneur sera donc clément à titre exceptionnel.

Mais le seigneur va vite en besogne car la licéité est le caractère de ce qui est conforme au Droit. Or rappelons que la juge des référés qui a débouté les syndicats ne s’est pas prononcée sur le fond du dossier. C’est bien pour cela que les syndicats SUD, SNJ, CFDT et CGC ont saisi le conseil d’Etat.

Rappelons enfin que la direction est tellement sûre de son bon Droit qu’elle s’est sentie obligée, le 8 avril dernier, de prescrire une dérogation spéciale à la note de Pflimlin pour permettre aux salariés qui le souhaitaient de se rendre à la manifestation parisienne dans l’après midi du 9.

Rappelons aussi que personne n'use de la grève avec plaisir et qu'il ne tient qu'à la direction de renouer un dialogue qui aujourd'hui n'est pas social mais calamiteux.

Les prises de positions de la direction sur le droit de grève à base de notes de service et de directives sont pitoyables. 
Tout cela sent la débandade et la fin de règne.


Pendant que ça s’agite dans les salons parisiens de FTV pour montrer ses muscles et savoir qui survivra à la décision du CSA, nous constituons le dossier pour défendre un droit constitutionnel : celui de faire grève.

Si vous souhaitez l’alimenter, adressez-nous votre lettre de mise en garde (syndicatsudftv@gmail.com ou syndicatsud@francetv.fr) avec :
1/ votre planning du 19 mars 2015
2/ le mail que vous auriez pu adresser à votre chef de service au moment de votre arrêt de travail ce 19 mars.
Nous vous tiendrons au courant de la suite.


(*) Le lampiste est le vrai coupable


Un général sans soldat est-il dangereux ?

Un commissaire ou un préfet de police sans agent ?
Un pape sans cardinaux, sans archevêque et sans curés ?
Ceux-là j'en veux bien.
Les Anglais le savent : un roi sans pouvoir est merveilleusement inoffensif.
Mais un lampiste est une force agissante.
Cent lampistes sont un danger pour l'individu.
Cent mille lampistes suffisent à une guerre.
Cent millions de lampistes font le malheur de l'humanité.
Le directeur de la S.N.C.F. n'est pas en mesure de faire dérailler un train de par ses propres pouvoirs, il faudra pour y arriver qu'il se mue en aiguilleur – ou en lampiste – et qu'il fausse les signaux. Mais un aiguilleur ! Quel poste de choix.
Hitler tout seul ! Merveilleux spectacle.
Mais quatre-vingt-cinq millions de lampistes derrière lui, et finie la rigolade. Hitler est mort, les lampistes restent et tâchent de se faire passer pour inoffensifs – comme tous les lampistes du monde. Les lampistes entre eux se haïssent ; mais réunis, ils prennent le nom de peuple et deviennent invulnérables.
L'individualisation du peuple est la seule défense contre le lampiste. Le lampiste le sait bien. Tous amiraux dans la marine, finies les batailles navales.


Boris Vian – 1953
Textes et chansons
10/18 – Christian Bourgois
 






Billet d'humeur SUD, suite au du CE Pôle sud ouest du 14 avril 2015 à Bordeaux.   
Lire ici

mercredi 8 avril 2015


CHSCT EXTRAORDINAIRE A ANTIBES LE 13 AVRIL PROCHAIN
Epuisement physique et nerveux, tensions quotidiennes, pleurs et parfois insultes... Mais au fait, comment en est-on arrivé là ? 
Lire ici


jeudi 2 avril 2015

Compétences complémentaires : Poisson d'avril !

C'était bien un poisson d'avril !
Mercredi 1er avril s'est tenue une réunion de négociation des compétences complémentaires
à France 3 et RFO, et c'était juste une blague.
La direction est arrivée les mains dans les poches, sans les états des lieux...
L'ordre du jour était fleuve avec des délires du type "monteur, mixeur, journaliste",
et reléguait la situation des techniciens vidéos et éclairagistes en queue de liste.
Résultat : du blabla et le renvoi à une nouvelle date, le 16 avril !
Dans les salons du dialogue social on papote juste.
Arrachée in extremis ce 1er avril, une réunion le 7 avril pour discuter du métier de technicien vidéo, mais juste le matin ???
Notre direction a bien du mal à entendre le mécontentement de cette profession qui alerte pourtant depuis des mois, via des saisines dans les pôles et une très longue grève à Strasbourg.
A Paris on discute, on ne s'affole pas.
A croire que la crise n'est pas la même pour tous !

Télécharger le visuel



lundi 23 mars 2015

Compte rendu SUD du CE Pôle sud ouest du 17 mars 2015 à Bordeaux.   
Lire ici

mercredi 18 mars 2015

RÉMY, TOUCHE PAS A MON DROIT DE GRÈVE ! Lire ici

Sur le droit de grève, vous pouvez toujours consulter nos infos sur la page du blog SUD "textes légaux"

lundi 16 mars 2015


DROIT DE GREVE
 
Il parait qu'au siège de France Télévisions, un huissier fait des constats lorsque les salariés se mettent en grève. Une conception détonnante du dialogue. Serait-ce le même huissier qui avait supervisé pour la direction l'effraction du local du syndicat SUD en juin 2013 ? Rappelons que la direction de FTV, malgré les conseils de ses juristes, s'était alors fait condamner par le tribunal de grande instance de Paris. Ces mêmes juristes conseillent-ils Rémy Pflimlin pour sa communication sur le droit de grève ?  Invoquer les missions de service public pour justifier une restriction du droit de grève, voilà bien une argumentation fallacieuse qu'un tribunal se chargera très prochainement de rejeter.

 
TOMBOLA
Concernant le tirage de la grande tombola SUD, pas d'huissier recruté. Nous avons préféré la collaboration d'une main innocente.
Merci aux nombreux participants.
Recevront un exemplaire du livre de Georges Perec "l'art et la manière d'aborder son chef de service pour lui demander une augmentation", deux salariés du siège de FTV et un de l'antenne d'Aquitaine. BRAVO aux heureux gagnants pour qui les augmentations 2015 n'auront bientôt plus de secret.
 
 
 


mercredi 11 mars 2015

Dialogue de sourd


Dialogue de sourd : droit de grève, Pflimlin sur le pont

Faut-il que la direction soit à court d’arguments pour communiquer sur le droit de grève comme elle vient de le faire avec une lettre de notre PDG, Rémy Pflimlin ? Ce dernier, tel un médecin, fait une « prescription » aux salariés dans laquelle il réécrit le droit de grève, sans même étayer son propos par des textes juridiques. D’après Rémy Plimlin, l’usage chevaleresque à France Télévisions serait de s’annoncer gréviste en début de service. Une préconisation sans fondement. Toutes les jurisprudences vont dans le sens de laisser le salarié libre de décider des modalités selon lesquelles il s’associe au mouvement de grève. Pourquoi ? Parce que le droit de grève est une liberté fondamentale constitutionnelle qui n’est restreinte que par des textes législatifs ou par des jurisprudences. L’audiovisuel public, en raison de ses missions de service public, est soumis à des règles plus strictes que le secteur privé. Mais les règles « prescrites » par le bon docteur Rémy ne reposent sur aucun texte. S’il les avait, vous vous doutez bien qu’il les aurait présentés !


Il faut retenir une chose sur le droit de grève : ce qui n’est pas interdit est permis.
Pourquoi un durcissement des positions syndicales et une adaptation des modalités de grève ?
·            Parce que ces dernières années nos dirigeants ont systématiquement ignoré les revendications des salariés, les ont laissé perdre des journées ou des semaines de salaire, plutôt que d’écouter, d’entendre et de négocier.
·             Parce que, lorsqu’elle fait mine de négocier ou qu’elle signe des accords, la direction s’empresse de s’asseoir sur ses engagements. Puis, elle attend le mouvement de grève ou l’action juridique qui suivra.

Note sur le droit de grève établie par un cabinet juridique pour le syndicat SUD
Cassation 04 juillet 2012 (voir page 7)
 

Dialogue de sourd : dégradation des antennes

Au lieu de brandir le bâton de la répression, de pointer les grévistes du doigt, Rémy Pflimlin ne devrait-il pas se pencher sur sa responsabilité, celle de son prédécesseur et celle de la Tutelle ? Qui dégrade nos antennes depuis des années ? Qui préfère recruter des cadres de direction plutôt que du personnel en charge de fabriquer des émissions ? Qui décide de fermer les éditions locales, de réduire les journaux, d’externaliser les émissions, d’étrangler les antennes au risque de n’avoir aucune visibilité, aucune cohérence éditoriale ?
Votre refus de revoir les priorités de structure, de personnel et de service public, vous rend premier responsable de la dégradation de nos antennes.  Ne venez pas nous faire la leçon !

Après Brest à Noël, fermeture à Pâques des éditions locales en Pays de la Loire ? Préavis de grève en Pays de la Loire pour le 16 mars
Allo ? Qui dégrade quoi ?

Dialogue de sourd : souffrance au travail 

Notre filière RH au plus haut niveau est malade. Devenue autiste, elle fonctionne en vase clos, comme pour se protéger d’elle-même. Elle est même incapable d’apporter des réponses à ses propres cadres au contact du terrain. Les dossiers et les contentieux s’accumulent, mais rien n’y fait. Le contrat social est rompu par une direction générale qui ne peut plus être légitime pour discuter quoi que ce soit. Multiplier les réunions sociales comme elle le fait ne sert à rien, même plus à amuser la galerie ou à faire croire à certains qu’ils ont du pouvoir. L’indigence du dialogue social s’étale partout, dans toutes les instances, DP, CE, CHSCT, dans tous les sites. La direction passe en force, sans se soucier des dommages qu’elle provoque, du mal-être des salariés. En quelques mois, l’accumulation des saisines (monteurs, vidéos), des grèves au Siège, à Strasbourg (depuis le janvier 5 janvier), à Orléans, Brest, demain ailleurs, pour défendre les métiers, les conditions de travail ou nos missions d’information, témoigne de cette maladie grave qui frappe la filière RH, incapable de répondre au malaise des salariés.

Dialogue de sourd : Papet à la manœuvre

Ce n'est pas le simulacre d'émission de débat proposée aux salariés via monkiosque qui va rassurer qui que ce soit. Avec la complicité d'Olivier Loubet qui a oublié qu'il fut autrefois journaliste, on y voit Patrice Papet pratiquer la langue de bois dont il a le secret, affirmer avec conviction qu'il va mettre en œuvre un plan d'action pour répondre aux nombreuses critiques du rapport Vacquin («diagnostic socio-organisationnel et du panorama des risques psychosociaux et de la Qualité de Vie au travail »), mais sans avancer la moindre piste concrète. Bla bla bla, je vous endors et on passe à autre chose. Comment peut-on avoir la moindre confiance en cette direction pour régler, avant tout, les problèmes humains qui se sont fait jour depuis plusieurs années à France Télévisions ?

Retrouvez Patrice Papet sur radio "Ma Vérité"

Dialogue oui, mais avec qui ?

Les mois et les années qui viennent seront très certainement consacrés à regagner ce qui a été perdu en terme de droits sociaux. Mais peut-on discuter avec le pompier pyromane ? Avec celui qui jette de l’huile sur le feu en désorganisant l’entreprise, en maintenant les injustices, en tapant sur le lampiste pour se transformer ensuite en bon père « la morale », en « assistant social » ou en « psychologue du dimanche » à grand coup de « plan com’ » ?

Des combats légitimes sont menés en ce moment même dans plusieurs sites de l’entreprise. Le syndicat SUD qui a expérimenté il y a un an la « grévilla », ces nouvelles modalités de grève vilipendées par Rémy Pflimlin, entend  jouer son rôle partout où vous l’aurez décidé, car sans vous, nous n’existons pas.

Nous soutenons et saluons ces salariés à la ténacité sans faille qui, à Strasbourg ou au Siège, tiennent tête à notre direction. Cette dernière va jouer la division entre grévistes et non grévistes, comme elle le fait à chaque fois. Collègues non grévistes, ne vous trompez pas de cible. Face à une caste qui défend ses positions, qui s’auto-entretient, qui se coopte, il n’y a pas d’états d’âme à avoir.

Soyons inventifs dans les luttes.

Ceux qui détruisent notre entreprise, ce sont EUX !