mercredi 30 avril 2014

La coupe est pleine : préavis de grève


En 2013, la direction du pôle Sud Ouest a économisé 29 équivalents temps plein de plus que ce la direction centrale de France Télévisions lui avait notifié. C’est  la disparition d’un potentiel humain de 5500 jours qui aurait pu servir à fabriquer des émissions ou tout simplement à permettre à de nombreux services de fonctionner normalement.

Un bilan qui n’étonne guère et qui est amer à digérer. Depuis deux ans, les missions de service public audiovisuel en région sont rognées, les programmes fabriqués en interne réduits au minimum, et, parallèlement à cela, les modèles de fonctionnement de certains services ont été revus au plus serré, parfois à la limite du supportable. A cela s’ajoutent les restrictions de personnel au coup par coup, auxquelles les salariés, mis devant le fait accompli, doivent s’adapter. De petites économies du quotidien qui, à la longue, usent les bonnes volontés et dégradent les conditions de travail.

Aujourd’hui, c’est la réorganisation de la fabrication des journaux du week-end sur l’antenne de Midi-Pyrénées qui met le feu aux poudres, avec une planification  réduite en preneur de son et en monteur.

Mais la mèche était allumée depuis longtemps. Et si la pression sur les salariés ne suffisait pas, la direction y ajoute depuis des mois de multiples dysfonctionnements et des interprétations dans la mise en œuvre de l’accord collectif signé le 28 mai 2013. Titulaires et non permanents en font les frais et se trouvent confrontés à un mur : PARIS !

La coupe est pleine.

Nous ne pouvons pas continuer à travailler dans des conditions dégradées avec des effectifs calculés en dessous des besoins.
Nous ne pouvons pas accepter qu’un logiciel, paramétré par la direction centrale, rogne sur nos droits sociaux et interprète unilatéralement l’accord collectif.
Nous ne pouvons plus supporter l’irrespect de la direction centrale qui traite avec désinvolture de nombreuses revendications légitimes des salariés titulaires et des non permanents.

Aujourd’hui, nous pouvons tous dire à la direction que la ligne rouge a été franchie, que sa politique sociale est désastreuse.
Pour cela,  le syndicat SUD Médias Télévision a déposé un préavis de grève qui permet à chaque salarié de Midi-Pyrénées, dès le 1er mai, fête du travail, et sur une durée de plusieurs jours, d’exercer 59mn de grève. RESISTONS !
Le préavis de grève

mardi 29 avril 2014

Plan de départs volontaires : c'est NON !


CE DU 29 AVRIL 2014
POLE SUD OUEST
 
Dernière ligne droite pour le Plan de Départs Volontaires (PDV). Le CE doit aujourd’hui rendre son avis.

Mais notre avis vous l’avez déjà, et il n’a pas varié depuis octobre 2013, tout comme vos propositions qui, malgré des mois de négociations, n’ont quasiment pas varié elles non plus.

Nous ne voulons pas de ce PSP, Plan de Suppression de Postes, que vous maintenez malgré tous les avis négatifs déjà exprimés (en CCE, en coordination des CHSCT ou dans les CE des autres pôles) et malgré les rapports d’expertise qui en dénoncent l’absence de pertinence.

Nous ne voulons pas de ce plan qui va encore affaiblir notre force de production et qui ne répond à aucune stratégie d’entreprise, hormis celle de faire des économies. Cette obsession d’économie qui sert de moteur à toutes les réformes, à tous les changements mis en place depuis 2010, détruit chaque jour un peu plus l’idée que nous avons d’un service public efficace, dynamique et performant.

Vous voulez faire des économies mais ce PDV va coûter cher. Les dizaines de recours aux Prud’hommes de salariés précaires vont encore alourdir la facture tout comme ceux qui seront lancés demain, en raison de la suppression des postes.


La direction de France Télévisions, dans une communication du 11 avril 2014, se félicite d’avoir déjà économisé 400 équivalents temps plein en 2013.

Pour le pôle sud-ouest, en 2012, la direction parisienne vous autorisait 824 ETP. En 2013 vous n’aviez plus droit qu’à 804 ETP et, par excès de zèle vous êtes descendus à 775, bien au-delà des économies demandées. Pour 2014, Paris diminue encore notre potentiel  d’ETP, et nous en  notifie seulement 787,2. En deux ans, le pôle Sud-Ouest a donc perdu 37 équivalents temps plein. Comment s’étonner que les conditions de travail se dégradent dans les antennes et que les risques psychosociaux augmentent en flèche ?

Avec une telle baisse des effectifs, comment justifiez-vous d’accepter la perte de nouveaux postes dans le cadre du PDV ? Le pôle sud ouest n’a-t-il pas déjà payé plus que sa part ?

Nous dénonçons l’attitude dogmatique de la direction qui se soumet à la tutelle et à la toute puissance de la finance ! Nous refusons votre volonté de réduire encore notre capacité à fabriquer. Nous vous mettons en garde contre un passage en force sur la polyvalence qui cassera les savoirs faire et qui dégradera la qualité de nos antennes.

Nous n’acceptons pas le démantèlement de l’entreprise.

Vos calculs sont fallacieux, vos intentions sont fourbes et nous ne cautionnerons pas la mise en place de ce PDV qui n’a strictement aucune justification et qui met en danger l’entreprise et ses salariés.


                                                                                              Bordeaux, le 29 avril 2014

vendredi 25 avril 2014

Levée du préavis SUD des 26 et 27 avril suite à référé de la direction,  lire ici
 

mercredi 9 avril 2014

Le Syndicat SUD vous propose son billet d'humeur à la suite du CE Pôle Sud Ouest du 04 avril 2014.
A lire ici